Blog

31. janv., 2018

Dans les Ehpads, la souffrance des patients et des soignants témoigne de l'incompétence des Gouvernements

 Les personnes âgées anonymes, souffrent, autant que les soignants au bout du rouleau, qui doivent faire un effort pour ne pas "faire de la dette", comme leur assénait avec aplomb le candidat à la présidentielle François Fillon, dans une séquence devenue culte. C'était mal connaître le fonctionnement des EHPAD, produits financiers avant tout, choyés par les fonds d'investissements, les banques et les assurances comme une valeur sûre depuis plus de 20 ans.

La réforme de la tarification des maisons de retraite, adoptée par le précédent gouvernement, va entraîner à terme une baisse de 200 millions d'euros des dotations annuelles allouées aux maisons de retraite publiques: une décision qui devrait affecter les 7000 EHPAD que compte la France et accélérer la privatisation et la marchandisation de l'extrême vieillesse.

Pour exemple, entre 2005 et 2015, le groupe Korian, un des leaders du secteur a connu croissance moyenne annuelle de son chiffre d'affaires de plus de 20% (soit un CA de 2499,5 millions d'euros en 2014) Et c'est sans surprise une énarque, Sophie Boissard, qui dirige le groupe Korian depuis janvier 2016, après un passage dans les cabinets de Christine Lagarde et François Fillon.

A voir la logique financière qui guide les fonds d'investissements, premiers propriétaires des EHPAD privés, et le désengagement de l'Etat, on comprend mieux la détresse des personnels soignants, en sous-effectif permanent pour limiter les coûts et assurer la rentabilité attendue du produit d'investissement de choix qu'est l'EHPAD. Faire de la détresse de la vieillesse un produit financier est une solution catastrophique, énième dysfonctionnement de la financiarisation de tous les secteurs de notre société.

La sphère financière profite sans entraves des faiblesses de l'Etat, incapable d'organiser la solidarité. Il y a ainsi, dans la vieillesse, une double peine d'extrême précarité, qui conduit les plus pauvres à subir trop souvent des traitements dégradants au nom de l'économie de marché !!